Le Beau Bizarre par Zineb Soulaimani Follow

Le Beau Bizarre par Zineb Soulaimani

@Le_Beau_Bizarre

Le Beau Bizarre, se veut un espace sonore libre et hybride. Où quelques questions de l'époque seront posées. Où des formes non ordinaires seront traversées. Où la parole sera donnée aux artist.e.s, aux auteur.ice.s, aux chercheur.e.s...; En avançant souvent entre l'intersection et la marge. Le Beau Bizarre, est une tentative, une expérimentation, un geste réflexif. Le Beau Bizarre, sera très loin de Christophe et très loin de Baudelaire, mais il ne les oublie pas !

uncategorized
Back to episodes of Le Beau Bizarre par Zineb Soulaimani
Le Beau Bizarre #28 avec Betty Tchomanga  / Jérôme Bel / Maité Rivière à Brest.

Le Beau Bizarre #28 avec Betty Tchomanga / Jérôme Bel / Maité Rivière à Brest.

1 0 0
Un épisode à Brest pour le festival DansFabrik qui met les enjeux climatiques au cœur de la ligne artistique de son édition. La directrice Maité Rivière s'est entourée de Betty Tchomanga et de Jérôme Bel, deux artistes chorégraphes pour construire la programmation. Ils sont tous les trois mes invités dans cet épisode.

Il y a 70 ans, le compositeur Olivier Messiaen recueillait les chants des alouettes lulu pour nourrir son catalogue d’oiseaux. Aujourd’hui, plus d’un tiers de ces oiseaux a disparu. Qu’est-ce que cela provoque en nous d’entendre des sons de la nature qui disparaissent ? Comment éveiller nos consciences à la crise climatique grâce aux sons ?
Le Kākāpō est une espèce d'oiseau menacé aujourd'hui. Sergiu Matis nous l'a fait entendre et nous l'a fait savoir dans son spectacle Extinction Room présenté à DañsFabrik - Festival de Brest. Un festival qui a placé son édition autour des enjeux climatiques. A une époque où l'on tire la sonnette d'alarme sur les dangers de la crise climatique, comment la création, le spectacle vivant, le milieu culturel s'emparent de ces enjeux ?
Comment cela se traduit dans nos imaginaires ? Les scènes de la vie de campagne de Tchekhov auront-elles encore un sens quand nos forêts auront disparu ? Les cygnes danseront-ils désormais sur un lac pollué et dépourvu de poissons ? Mais alors, comment rendre les pratiques durables et à faibles impact ? Comment cela se traduit d'un point de vue thématique, pragmatique et esthétique ?
Maïté Rivière, la nouvelle directrice du Le Quartz - Scène nationale de Brest qui organise le festival, s'est emparée de ces questions à bras le corps. Elle en a fait un des axes fort de son projet. Pour programmer le festival cette année, elle a souhaité associer avec elle, deux artistes chorégraphes. Le consensus n'était pas un objectif mais faire exister et articuler une pluralités de regards et de vécus était le moteur.
Jérôme Bel, chorégraphe au rayonnement international, pense désormais ses projets dans l'idée du "Showing without going", montrer sans se déplacer. Il a fait le choix de ne plus prendre l’avion tout en continuant de diffuser ses spectacles dans le monde. Une réponse pragmatique qui ne cessent de se nourrir et d'évoluer.
Betty Tchomanga elle, réfléchit ces questions depuis un point de vue décolonial. Comment l’écologie invite aussi, à décentrer le regard pour prendre conscience que l'impact sur la planète n'est pas le même, considéré depuis l'Europe et considéré depuis les Caraïbes par exemple.
J'ai voulu savoir comment cette programmation collégiale a existé. Comment concrètement ces questions ont irrigué les projets proposés, tout au long de la semaine qu'a duré le festival cette année. L'épisode du jour est avec Betty Tchomanga, Jérôme Bel et Maité Rivière.

Pour allez plus loin :
Le site du Quartz
Le site de DansFabrik
Le site de Jerôme Bel
Le site de Betty Tchomanga