Le Beau Bizarre par Zineb Soulaimani Follow

Le Beau Bizarre par Zineb Soulaimani

@Le_Beau_Bizarre

Le Beau Bizarre, se veut un espace sonore libre et hybride. Où quelques questions de l'époque seront posées. Où des formes non ordinaires seront traversées. Où la parole sera donnée aux artist.e.s, aux auteur.ice.s, aux chercheur.e.s...; En avançant souvent entre l'intersection et la marge. Le Beau Bizarre, est une tentative, une expérimentation, un geste réflexif. Le Beau Bizarre, sera très loin de Christophe et très loin de Baudelaire, mais il ne les oublie pas !

uncategorized
Back to episodes of Le Beau Bizarre par Zineb Soulaimani
Le Beau Bizarre #20 Avec Zeina Abirached à Genève

Le Beau Bizarre #20 Avec Zeina Abirached à Genève

1 0 0
Être à Genève pour le festival de la Bâtie. Croiser une affiche plusieurs fois dans les rues. Un appel. Un signe. Un tire qui donne une adresse : 'Donne moi la main, on va traverser la rue"....Un dessin qui me parle, je reconnais ce dessin. Je découvre avec joie que Zeina Abirached est à Genève. Je fais en sorte de la rencontrer pour discuter de son piano oriental, de Beyrouth, de Paris, des identités, des langues, des cultures qu'elles charrient ! Une discussion remplie d’émotions !

Bienvenu.e.s dans le Beau Bizarre,
Un espace sonore libre et hybride,
Un espace qui essaye de lire les signes quand il les croise....
Lors de mon récent séjour à Genève, pour suivre le festival de La Bâtie, j'ai beaucoup marché pour rejoindre les théâtres où se jouaient les différents spectacles. Dans les rues, mon regard a croisé plusieurs fois une affiche sans trop y faire attention. Mais avec un sentiment familier qui faisait que mon regard s'y attarde de plus en plus…Les motifs du dessin me disait quelque chose, ce trait de noir qui donnait au blanc des formes et des personnages....Et puis ce titre, qui m'appelait aussi : "donne moi la main, on va traverser la rue"…je traversais des rue en fredonnant ce titre...en l'adressant à une personne imaginaire, et prenant l'adresse pour moi aussi ! Je donnais la main à une personne imaginaire pour traverser les rues de Genève....Ce titre m'a habité ! Il me poussait à chercher dans ma mémoire d'où me venait ce sentiment de familiarité....jusqu'un soir, où perdue dans les rues de Genève, en cherchant à retrouver le chemin du retour, mon téléphone guide vidé de sa batterie... je retombe sur l'affiche, je reconnais l'endroit, je l'ai déjà croisé plus tôt ce jour là...je ne suis plus très loin de mon adresse. Je me rapproche donc de l'affiche et je lis enfin le message : Zeina Abirached est l'invitée de la ville de Genève, pour une exposition et une grande série de manifestations pendant plusieurs mois. Et il se trouve que l'inauguration a lieu deux jours plus tard ! Une petite émotion me traverse. J'ai lu Le Piano Oriental, la bande dessinée de Zeina Abirached, il y a quelques années déjà, à une période où des nœuds identitaires se bagarrait à l’intérieur de moi. Cette lecture m'avait aidé à apaiser un peu cette bagarre. En rentrant, je me renseigne davantage. Le programme du week end inaugural est alléchant. Zeina Abirached sera présente. Elle va jouer Le Piano Oriental, en lecture musicale dessinée, avec son comparasse et pianiste, Stéphane Tsapis. Sur le site, tout semble déjà bien complet. Nous sommes encore en période de COVID et les jauges sont beaucoup trop réduites à la bibliothèque de Genève où se tiendra la lecture. Je lance des mails comme des bouteilles à la mer sans trop y croire. Certes mon programme à la Batie est déjà bien rempli mais cela serait dommage de ne pas saisir cette occasion, rare et précieuse, de rencontrer Zeina Abirached ! Et celle qui viendra à ma rescousse s’appelle Olivia Cupelin, elle coordonne ce programme, et elle a réussi à coordonner ma rencontre avec Zeina, sur une terrasse de café à une heure de grand trafic !

Pour aller plus loin :
L’exposition à la bibliothèque de Genève : http://institutions.ville-geneve.ch/fr/bm/agenda/evenements/20022022-ed-donne-moi-la-main-on-va-traverser-la-rue/